https://images.lanouvellerepublique.fr/image/upload/t_1020w/f_auto/5ce49c3d694dc56e098b473a.jpg
Exercice de lutte dans le plus simple appareil, dans le bassin de Champommier.
https://images.lanouvellerepublique.fr/image/upload/t_nc768w/f_auto/5cdeaeca2a2c018a548b4683.jpg
Mai 1989 : chaque mardi soir, les familles ont l'autorisation de tomber le maillot pendant une heure dans le bouillon de Champommier chauffé à 30 degrés.
https://images.lanouvellerepublique.fr/image/upload/t_nc768w/f_auto/5ce49c3a56e003ae1e8b4720.jpg
Mai 1989 : à l’époque, le créneau naturiste de la piscine de Champommier compte une soixantaine d’abonnés, dont un tiers sont des gamins.


79: Deux-Sèvres


Nouvelle-Aquitaine:
Aquitaine, Limousin & Poitou-Charente

France / EUROPE:
79: Deux-Sèvres
Deux-Sèvres
Les Deux-Sèvres (79) Ce département est un concentré de paysages différents (campagnes vallonnés et verdoyants).
Les Marais Poitevin sont souvent surnommé "la Venise de la France" (certains guides touristiques l'appellent la «Venise verte») peuvent être explorés en kayak ou en barque le long des canaux. On peut emprunter la route des rois pour y découvrir des sites historiques, de Thouars, cité médiévale et son château du XVIIème siècle. à Bressuire connue pour sa séculaire foire aux bestiaux, Parthenay incontournable étape pour les pèlerins sur la route de Compostelle et ses remparts dominant le Thouet, puis Niort capitale départementale sillonnée de rues anciennes et son imposant donjon de Richard Cœur de Lion .


Le temps où l'on pouvait se baigner nu dans une piscine à Niort:
A Niort, pendant 21 ans, hommes, femmes et enfants ont pu se baigner en tenue d'Eve à la piscine de Champommier, où un créneau d'une heure était réservé aux naturistes. La NR rouvre ses archives et se replonge dans ces années de liberté post-mai 68.  Imaginez hommes, femmes, enfants tombant la chemise, le pantalon, la robe et tout le reste, avant de se couler totalement nus dans le bassin d'une piscine publique, à Niort. En 2019, la scène paraît inconcevable.
 Pendant 21 ans, elle s'est pourtant reproduite chaque semaine, dans le bassin de Champommier. Dans le cadre de sa série intitulée "C'était il y a..." à retrouver chaque mois, la NR rouvre ses archives et se replonge dans ces années post-mai 68, marquées par un puissant vent de liberté et un besoin de retour aux sources. Une heure chaque mardi soir  Sur la photographie en noir et blanc de l'édition NR datée du 3 mai 1989, des bambins s'ébattent joyeusement les fesses à l'air dans une piscine, tandis que deux autres passent sous la douche avec papa, sans avoir à ôter ou savonner un seul centimètre de maillot. A l'époque, moyennant quelques francs l'entrée, ils étaient une soixantaine à se baigner en tenue d'Eve, pendant une heure, chaque mardi soir (le créneau sera, quelques années plus tard, décalé le mercredi), à Champommier.
  Trente ans plus tard, Dominique Faucher, l'actuel président du Camping-club des Deux-Sèvres, se souvient parfaitement de ces séances de piscine dans le plus simple appareil. Et pour cause. En mai 1976, c'est son papa, Jean Faucher, qui avait eu le culot de demander ce créneau pour le moins atypique au maire de Niort de l'époque, un certain René Gaillard. Professeur, militant laïque et associatif du sport, l'élu socialiste avait accédé à la requête émanant de (feu) la section naturiste du Camping-club deux-sévrien.
Mai 1989 : chaque mardi soir, les familles ont l'autorisation de tomber le maillot pendant une heure dans le bouillon de Champommier chauffé à 30 degrés. Des bâches agricoles tendues sur les vitres  A condition toutefois de trouver une piscine susceptible d'être aisément occultée. "Tout le monde n'a pas le même regard sur l'état de nature... Côté nudistes, on n'a pas envie non plus d'être assimilés à des exhibitionnistes", écrivait ainsi la NR dans son édition du 3 mai 1989.Le premier arrivé à la piscine installait les bâches noires sur les vitres. C'était système D ! Dominique Faucher, président du Camping-club des Deux-Sèvres (CCDS) Niort
 
Alors chaque semaine, les baigneurs prenaient soin de tendre de grandes bâches noires agricoles faisant office de rideaux sur les baies vitrées de l'établissement.  "C'était système D ! raconte Dominique Faucher. Mon père avait percé des trous et mis des oeillets pour accrocher les ficelles. Ces rideaux étaient stockés chez un ancien cheminot, collègue de mon père, qui habitait en face de la piscine.
 Le premier arrivé allait chercher les bâches et les installait. C'était aussi simple que ça !"  Comble du luxe, dans le bassin de Champommier, les naturistes ont pu profiter pendant des années d'une eau chauffée à trente degrés, leur créneau succédant, par pure coincidence, à celui réservé... aux bébés nageurs. Un délicieux bouillon pour ces Adam et Eve qui goûtaient alors peu à la baignade sportive, mais venaient avant tout pour "papoter, de l'eau jusqu'au nombril".  70 baigneurs chaque semaine en 1988-1989  Unique à Niort, l'offre a rapidement trouvé son public. Notamment des familles, ayant pris l'habitude de se retrouver l'été sur les plages naturistes de La Faute (Vendée), au centre du Lizot à Saint-Mandé-sur-Brédoire (Charente-Maritime), ou encore au camp des Mathes (Charente-Maritime), et "qui ne savaient trop où tomber leur culotte l'hiver", comme l'écrivait la NR en 1989.  Cette année-là, la fréquentation atteint son niveau maximal, et le nombre de séances annuelles est doublé : en moyenne, près de 70 baigneurs naturistes se mettent à l'eau chaque semaine. Des chiffres qui déclinent les années suivantes, "pour des raisons tarifaires, et de non-renouvellement du public", indique le bulletin d'information annuel du Camping-Club Deux-Sèvres, "Plein air". 1997 marque la fin de l'activité  A 76 ans, il est aussi temps de raccrocher pour Jean Faucher, pilier de l'activité. Et la relève ne se bouscule pas. L'année 1997 marquera la fin des nageurs sans culottes à Niort.  Dans le grenier des parents de Dominique Faucher aujourd'hui disparus, dorment encore quelques vestiges de cette époque. "Notamment la banderole de la Fédération française de naturisme !" s'amuse le Niortais. De ce pan de vie familial, ce professeur retraité engagé au sein de nombreuses associations environnementales a hérité de valeurs telles que le respect des autres et de la nature. Sans oublier le bonheur de pouvoir tomber le maillot de temps en temps. www.lanouvellerepublique.fr/niort/il-y-a-30-ans-dans-la-nr-le-temps-ou-l-on-pouvait-se-baigner-nu-dans-une-piscine-a-niort.