Camping & Bungalows Naturiste, Plages, SPA, Piscines & Loisirs

Camping & Bungalows Naturiste, Plages, SPA, Piscines & Loisirs
Pourquoi est on attiré par le naturisme?
Emission diffusée sur Europe 1: 21 août 2016 FR 5'05''


  Le naturisme… c’est tout naturel ?
Tout nus et tout bronzés, le refrain redevient furieusement à la mode ! Sur les plages mais aussi en ville, au resto et même au musée, la « new nudité » s’affiche : pour des vacances nature tendance, cet été, il va falloir… tomber non seulement la chemise mais aussi le bas ! Le naturisme est de retour !
Rédigé par Brigitte Valotto, le 10 Jun 2018, à 18 h 30 min
https://www.consoglobe.com/wp-content/uploads/2018/06/naturisme_ban-e1528461835498.jpg  « L’une des premières questions que mon conjoint m’a posée quand on s’est rencontrés, c’est si je me sentais capable de faire du naturisme ! C’était très important pour lui, il considère cela comme une philosophie, une façon de vivre… et pas seulement pour les vacances. Il vient ici depuis tout petit »,
explique Élodie, 27 ans, qui sort du cours de sport proposé chaque matin, dans le camping naturiste d’Arnaoutchot, à Vielle Saint-Girons
– Arna, pour les intimes. Ici, en plein coeur des Landes, à deux pas d’une magnifique plage, on se baigne nu, on bronze nu, on bouillonne nu dans de petits jacuzzis sous les pins, dans l’enceinte du magnifique spa flambant neuf.

La fréquentation du camping a bondi de 32 % en 2018… dont 40 % , comme Élodie, ont moins de 40 ans, et apprécient les prestations haut-de-gamme du lieu. On est assez loin des hippies de la première heure, naturistes militants purs et durs des années 70, refusant la société de consommation et campant sur le sable dans une tente rudimentaire !

 Ne chassez pas le naturel… Le naturisme revient au galop !

Bien loin aussi des ambiances un peu glauques à la Houllebecq : Montalivet ou le Cap d’Agde peuvent aller se rhabiller, ils ne sont plus les seuls hauts-lieux du naturisme en France. Longtemps ringardisé, le naturisme revient au galop, dans la mouvance « écolo bobo » plus que « sex and sun ». « Le Cap d’Agde, ça a donné pendant longtemps une image très dévoyée du naturisme, reconnaît Jean-Philippe Pavie, directeur du camping d’Arna et observateur de la tendance depuis 1982. Du coup, il nous a manqué une génération, entre les soixante-huitards et les trentenaires d’aujourd’hui. Mais le renouveau est là ».

Le camping d’Arnaoutchot © Philippe Laplace
La Fédération Française du Naturisme (FFN) confirme, avec un pic de 18 % d’adhérents spontanés supplémentaires enregistré en 2016. Le nu se porte bien... mais on ne prend plus le dénuement au sens intégral : désormais, la vie au plus près de la nature s’adoucit de ces petites compensations bien agréables qu’apporte la civilisation : grandes piscines, spa mais aussi restaurants, toilettes et douches dans les bungalows et cottages de bois…

À Arna, il y a même trois maisons au sommet des pins, pourvues de tout le confort. Le soir, au restaurant, beaucoup de clients viennent vêtus, un effort d’élégance apprécié par le personnel (vêtu, lui aussi). Et dans les salles de sport et de musculation, on demande aux naturistes, par souci d’hygiène, de bien vouloir… se rhabiller ! Cela fait râler les plus anciens adhérents, qui résistent parfois vigoureusement à ce qu’ils considèrent comme une restriction insupportable… Mais cela arrange bien Élodie, 27 ans, qui ne se voit pas faire du yoga dans le plus simple appareil et manie habilement le paréo lorsqu’elle se sent gênée par les regards des autres, ce qui lui arrive encore. « Cela ne fait que sept ans que j’en fais, et ce qui me plaît, c’est de vivre en harmonie avec la nature… J’ai été élevée sans tabous et je suis aide-soignante, cela m’a aidée à m’y mettre… mais j’ai encore du mal à être nue partout et tout le temps ! »
Le naturisme sort du camp

Comme Élodie, beaucoup de trentenaires qui redécouvrent actuellement cette pratique (née il y a déjà plus d’un siècle, en Allemagne) l’abordent de manière plus « soft » que leurs aînés, sans militantisme ni jusqu’au boutisme.

Certains s’y essaient même en ville, de manière occasionnelle et ludique, faisant sortir le naturisme de ses « camps » traditionnels : ainsi, le 5 mai dernier, le musée du palais de Tokyo à Paris a fait salle comble lors de la visite naturiste gratuite de son expo « Discorde, fille de la nuit », une première pour une institution culturelle française. Les 161 places ont trouvé preneur en l’espace d’une matinée, en majorité des 18-34 ans… et plus de 25.000 personnes se sont intéressées à l’évènement sur Facebook, à la surprise même de l’Association des naturistes de Paris (ANP), qui organisait l’événement.
naturisme Dans une piscine à Arnaoutchot © celinehamelin

 Très active dans la capitale, l’ANP a aussi obtenu de la mairie de Paris l’autorisation d’ouvrir, pour le deuxième été consécutif, une zone naturiste dans le bois de Vincennes : l’été dernier, un pique-nique géant y a rassemblé près de 400 personnes sur une seule journée.

Les Parisiens ont également pu, récemment, assister au « premier spectacle humoristique nu », un stand-up assuré par le comédien Fred Brulé – habituellement, habillé – ou aller danser dans le plus simple appareil dans une discothèque éphémère.

Depuis un an, ils ont même le loisir de dîner nus (après déshabillage au vestiaire !) au restaurant Ô Naturel, qui ne désemplit pas… Marotte de bobos parisiens ? Pas que : le yoga nu sur les plages, la rando nue en forêt, font des adeptes un peu partout… et on peut voir désormais dans certaines piscines municipales des créneaux horaires durant lesquels… seul le bonnet de bain est obligatoire !
Les oripeaux du « new nu«

France4 Naturisme, l’association co-fondée il y a trente ans par Jean-Philippe Pavie, a mené une vaste enquête de deux ans sur les origines et motivations de ces nouveaux arrivants(1) : non seulement ils sont plus jeunes, mais souvent en couple (63 %) ou en famille avec de jeunes enfants (23 %), et leur niveau de vie est généralement aisé : 33 % sont des cadres ou chefs d’entreprise, 19 % sont des foyers gagnant plus de 5.000 euros par mois.

L’association, qui regroupait quatre campings à ses débuts, est devenue leader de l’offre naturiste en France avec six destinations haut-de-gamme, dont Arna : le naturisme « nouvelle vague » s’embourgeoiserait-il ? Il est en tout cas vécu différemment. Sur le mode zen et confort, écolo et collaboratif : un nouveau site de locations de vacances sur le modèle Airbnb, NaturistBnB, propose même, depuis peu, des hébergements « où l’habillement est optionnel »… et pas seulement dans les stations balnéaires !

« Avant, on devenait naturiste pour bronzer intégral sur la plage, aujourd’hui, c’est une démarche plus intellectuelle », estime Jean-Philippe Pavie. D’ailleurs, le soleil tant recherché dans les années 80 fait désormais peur, avoir le corps très bronzé n’est plus une obsession esthétique : on voit de moins en moins de monokinis sur les plages « textiles » (à peine 22 % des femmes ont montré leurs seins à la plage en 2017, contre 28 % en 2009 et 43 % en 1984(2)).
naturisme   Le naturisme en famille © SerignanPlage

Les naturistes ne viennent donc plus pour se libérer des marques du maillot… mais du stress et des normes contraignantes que leur impose la société actuelle. « C’est l’une des motivations qui est le plus souvent citée dans notre enquête. Quand nos adhérents arrivent ici et se dénudent, ils se sentent enfin eux-même, sans avoir l’impression d’être observés ou jugés. Ils veulent aussi prendre soin de leur corps, manger sain ».

À l’épicerie du camping, les rayons bios et vegans en pleine expansion en témoignent, et Barbara organise avec succès des activités jardinage en permaculture dans le potager bio qu’elle a créé.
« On a beaucoup de jeunes parents qui espèrent donner d’autres valeurs à leurs enfants. Ils viennent chercher quelque chose ». Dans les allées d’Arnaoutchot, beaucoup affirment l’avoir trouvé.
Nus, tous les corps sont égaux…

« Si on vous dit qu’on est aussi bouddhistes… on aura tout dit », résume un couple de quadras venus de l’Isère. « Je venais déjà ici quand j’étais enfant, et j’avais envie que les miens grandissent dans ces valeurs, pas seulement le nez sur un écran, dans un monde obsédé par les marques et la consommation », explique Maya, maman divorcée et quinquagénaire.

« Ici, on vit au plus près des éléments, on se fond avec eux, on ressent plus de tolérance. Qu’ils soient obèses, maigres, handicapés, tous les corps se valent dans la nudité ; on ne les observe pas, on ne les juge pas.
naturisme
On voit souvent des personnes en fauteuil roulant ou avec de lourds handicaps, qui viennent chaque année, en habitués. Pour leur avoir parlé, je peux vous dire qu’ils ne se sentent jamais aussi bien qu’ici, où ils ne sont pas montrés du doigt ».
Quid des enfants de naturistes ?

Et même si ses enfants, comme beaucoup, ont soudain refusé de se dévêtir à l’adolescence, ils commencent à revenir aujourd’hui qu’ils sont en couple.
 

© celinehamelin
naturisme
« Quand j’étais petite, tout le monde était nu tout le temps au camping, ados compris, remarque-t-elle. Aujourd’hui, il est vrai que c’est plus difficile pour eux, d’autant que les médias leur inculquent des normes esthétiques contraignantes… Ils ont la hantise de ne pas y correspondre. Et ils craignent plus que tout de se trouver exposé nus sur Instagram… C’est une énorme peur de tous les jeunes, ici, des ados aux trentenaires, ils connaissent les risques des réseaux sociaux… et n’ont pas envie que des photos d’eux tout nus circulent dans leur lycée ou à leur bureau ! »

Les smartphones sont donc très mal vus, on n’a pas le droit de photographier et on respecte la pudeur des plus jeunes. « Lorsque des ados se baladent en maillot, certains ‘anciens’ les poursuivent en râlant… Mais en général, on les laisse tranquilles », confie Barbara Pavie.

Paradoxalement, c’est aussi cette crainte de l’image, dans ce monde globalisé et normatif où la liberté se heurte aux limites du « qu’en dira-t-on » sur internet, qui ravive l’intérêt pour le naturisme. « C’est un espace de tolérance que les jeunes d’aujourd’hui ne trouvent plus ailleurs. Se sentir libre, c’est l’une des motivations qui ressort le plus souvent dans notre enquête, comme la communion avec la nature », résume Jean-Philippe Pavie.


En recherche de liberté et de naturel, prudente mais pas pudibonde, sans tabous mais pas sans complexes… ainsi se dévoile une nouvelle génération naturiste.
www.consoglobe.com/naturisme-renouveau-cg
© celinehamelin
   


Pleinevie.fr
Difficile de faire le premier pas lorsque
 
l'on veut faire du nu intégral en bord de mer... Avec un peu d'audace et les quelques clés que nous vous donnons, vous n'aurez bientôt plus aucun embarras.
1. Oublier tous ses complexes
Se lancer dans le naturisme, c'est avant tout s'assumer tel que l'on est, maigre ou gros, jeune ou vieux, avec tous les défauts de son corps. La définition des instances internationales est limpide : « Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l'environnement. » Nul besoin d'être un top model, au contraire serait-on tenté de dire ! L'essentiel, c'est de se sentir bien dans son corps et dans sa tête.
2. Choisir ses accompagnants
Pas évident de se mettre au naturisme tout seul... mais pas évident non plus de s'y mettre avec d'autres ! Evitez de vous faire accompagner par des amis ou des membres de votre famille, à moins qu'ils ne soient habitués. Vous n'avez pas l'habitude de voir nu votre beau-frère ou votre bande de copines. Du coup, vous risquez de les observer et de vous sentir observé, ce qui peut être désagréable. Le plus simple pour débuter, c'est de venir en couple avec son compagnon (ou sa compagne) voire un proche avec lequel vous n'aurez pas de problème de pudeur.
3. Emmener des enfants ou pas
En France, aucun texte ne régit l'admission des enfants sur une plage naturiste, ni ne détermine un âge minimum. La responsabilité est laissée aux parents ou aux tuteurs légaux. Tout est une question de bien-être et de liberté. Si les jeunes enfants ne rencontrent pas de difficulté majeure, le sujet peut s'avérer plus délicat avec des adolescents. Il faut alors en parler sans tabou ni contrainte. Quant à la crainte de perdre son autorité de parent, elle n'a pas lieu d'être si les enfants sont élevés avec des valeurs de respect et d'ouverture.
4. Opter pour la bonne plage
C'est tentant de commencer à enlever le maillot sur une plage déserte non naturiste, à l'abri des regards. Certes mais c'est aussi dangereux. Le naturisme se vit en société et pas uniquement pour soi. Sans compter le risque de se faire surprendre voire même de se faire verbaliser par une patrouille. Choisissez donc une plage où le nudisme est toléré ou même autorisé. Plutôt que de vous retirer dans un coin isolé, mettez-vous au milieu des autres. Il n'y a rien de tel que la foule pour devenir invisible. Venez avec un maillot et retirez-le quand vous serez prêt.
5. Connaître les règles
Toutes les plages ouvertes aux nudistes n'ont pas le même statut. Renseignez-vous, en particulier en lisant les panneaux placés à l'entrée ou sur les extrémités. Sur certaines plages, vous devez impérativement être nu, sur d'autres (la plupart) il en va de votre propre choix. Dans ce cas, les baigneurs avec maillots (les textiles) cohabitent avec ceux qui n'en ont pas. Tout se passe généralement en bonne harmonie à quelques possibles voyeurs près. Parfois, sur une plage classique, une zone précise est affectée aux naturistes. N'empiétez pas sur celle d'à côté !
6. Se limiter aux alentours
Beaucoup de plages nudistes permettent et encouragent la randonnée nue sur les sentiers des alentours. Ça ne signifie pas qu'on peut aller partout... Respectez scrupuleusement le balisage et regardez où se trouvent les limites de la station nudiste. Ce serait bête de provoquer une attaque chez ceux que vous croisez. Et sachez que nul ne vous en voudra si vous marchez avec des chaussures. Etre nu n'est pas un absolu mais un confort. Il n'y a aucune raison de s'égratigner les pieds sur des cailloux en refusant de porter des semelles.
7. Avoir du tact
Certaines règles et certains usages relèvent du bon sens mais il n'est jamais inutile de les rappeler. Ça vous ferait plaisir que les gens d'à côté vous regardent avec insistance ou vous sifflent ? Vous aimeriez qu'ils vous prennent en photo ou qu'ils se moquent de vos rondeurs ? Alors ne le faites pas !!! Nu ou habillé, notre liberté s'arrête là où commence celle des autres. La naturisme n'existe pas sans un respect constant. Tout est tellement naturel entre les habitués que les pratiques déplacées se repèrent immédiatement.
8. Se méfier du soleil
Moins vous portez de vêtements et plus vous avez de chance de revenir à la maison avec de magistraux coups de soleil. D'autant que les parties du corps qui n'ont jamais été exposées au soleil y sont plus sensibles et que les brûlures sont beaucoup plus douloureuses sur certaines parties du corps... Donc prévoyez un stock abondant de crème solaire et multipliez les applications. Prenez aussi des vêtements longs ou des couvertures pour vous couvrir au plus fort du soleil. Aller nu ne signifie pas se faire griller comme un homard.
9. Calmer son excitation
Les femmes ont un grand avantage sur les hommes : mêmes nues, leur attirance sexuelle reste cachée. Certes la nudité et la sexualité ne doivent pas être amalgamées mais les hommes ne restent pas toujours de bois. Pas d'exhibitionnisme cependant : en cas de réaction intempestive, il vaut mieux se coucher sur le ventre ou aller à l'eau. Le désir ne vient pas de la simple vue d'un corps nu mais de sa convoitise. Avec l'habitude, la plupart des hommes arrivent à se débarrasser de toute arrière-pensée et évitent tout malencontreux "garde à vous".
10. Garder ses habitudes
Certaines femmes s'embarrassent de questions intimes, du style : "faut-il se raser intégralement ou non ?". Ou encore : "puis-je me montrer avec un tampon apparent durant mes règles ?" La réponse est simple : peu importe ! Rien n'est choquant pourvu que l'on reste soi-même. Inutile de changer ses habitudes au risque de se sentir mal à l'aise si c'est pour obéir à une mode ou pour ressembler à sa voisine. Il n'y a qu'une limite, c'est l'inconvenance... Pour le reste, faites tomber le maillot sans honte et savourez pleinement vos vacances !
A lire aussi :
ADTECH GmbH (Master default)


Préjugés sur le Naturisme

12 préjugés sur le naturisme
Posté dans Billet d'humeur, Lifestyle par Perrine

Le naturisme, se pratiquant dans un cadre fermé, nourrit de nombreux fantasmes et préjugés. Revenons ensemble sur les principales idées reçues qui entourent cette pratique, qui attire tant la curiosité!

 
1/ Les naturistes représentent une part infime de la population 1,5 millions de français pratiquent le naturisme chaque année, de votre boulangère à votre patron, ils sont bien plus nombreux que vous le pensez! Sauf que, le sujet étant difficile à aborder et les préjugés étant encore trop nombreux, la pratique reste le plus souvent cachée à l’entourage. La France est pourtant considérée comme LA reine du naturisme : en effet, de très nombreux étrangers rejoignent chaque année nos centres car le pays, pionnier dans la pratique, propose une large offre qualitative dans ce domaine.
 
2/ Ça doit niquer dans les buissonsLe naturisme n’a RIEN à voir avec l’échangisme. Rien! Je n’ai d’ailleurs jamais trop compris d’où peu bien venir cette confusion. La nudité et la sexualité ne sont pas synonyme! La sexualité reste du domaine de l’intime, du domaine de ce qu’on garde pour soi. Gare aux raccourcis! Le Cap d’Agde est tout sauf représentatif de la pratique du naturisme!
3/ Ça doit reluquer de tout les côtés
Aussi étonnant que cela puisse paraître, un corps nu, mais plus encore, 3000 corps nus d’un coup, ne représentent rien d’érotique. Un bikini sexy est bien plus excitant qu’un corps dans son plus simple appareil. Ce qui est attirant, c’est le fait de suggérer sa féminité en s’habillant, en parant son corps d’artifices pour le sublimer. On matte bien moins dans un club naturiste que dans un club « textile », ne serait-ce que par respect pour la nudité de l’autre et puis parce qu’on est aussi vulnérable et nu que lui! Dans les clubs naturistes, il n’y a pas d’idée de séduction, on n’a pas choisi de se déshabiller pour se montrer ou s’exhiber, on l’a choisi pour se sentir bien, revenir à l’essentiel et, l’espace de quelques jours, se simplifier la vie, jouir de sa liberté et vivre en accord avec la nature.
 
4/ Ce n’est pas un lieu pour les enfants Détrompez-vous, l’ambiance est très familiale. Pour en avoir discuté avec de nombreux parents naturistes, la nudité ne pose aucun problème aux enfants. Regardez-les, ils adorent vivre nus et leurs vêtements sont plus un truc dont ils essaient de se débarrasser par tous les moyens. Là-bas, c’est donc la paradis pour eux! Les questionnements peuvent apparaître à l’adolescence, période pendant laquelle, les garçons plus spécialement, commencent à avoir des difficulté avec leur intimité. Dans ces cas là, personne ne les forcera, et leur choix sera respecté.
 
5/ On est obligé d’être nu Pas forcément. Certains clubs sont mixtes afin de permettent aux textiles d’accompagner leurs conjoints, leurs amis, en vacances. Et, même dans les clubs plus puristes, seuls quelques lieux portent une obligation de nudité (la piscine et la plage en règle générale), mais pas le reste du camping.
 
6/ C’est hippy-soixante-huitard à fond Eh bah pas tant! Alors certes, à la base, les valeurs du naturisme sont portées sur le respect de l’autre, la tolérance et la vie en harmonie avec la nature. Mais, dans ces clubs, la majorité des gens sont des personnes comme toi et moi, pas plus bio, ni vegan, ni yoga que d’autres! 45% des naturistes en France ont moins de 30 ans, ont une vie en accord avec leur génération, pas plus, pas moins, qu’ailleurs (Source : Fédération Française du Naturisme).
 
7/(#spécialmec) Mais si j’ai une érection? Aucun risque! La nudité permanente désexualise les pensées. La vrai question pour l’homme est plus souvent : « Mais ça va remarcher?! ». La nudité devient la norme dans ces lieux, plus rien d’excitant donc!
 
8/ Y’a que de la bonnasse Y’a de la bonnasse oui! Mais y’a de tout! Surtout de la nana bien dans sa peau en fait! Qu’elle soit petite, grosse, grande, maigrissime, cellulitée, tatouée, refaite, elle a fait le choix d’être là parce qu’elle a décidé de passer outre les diktats et de vivre en liberté complète! On se compare les deux premières heures, jusqu’à se rendre compte qu’il y a de tout, qu’on a tous des défauts, mais que, au final, tout ça a beaucoup de charme et qu’on s’en fou! Notre humanité n’est pas parfaite et c’est ce qui la rend attendrissante. Et c’est étonnant de se rendre compte à quel point ce sont les habits que nous portons qui créent des clivages, des complexes, entre nous, .
 
9/ C’est crade Parce qu’un corps nu lavé quotidiennement est plus sale qu’un maillot de bain dont on ne connait pas la fraicheur? La naturisme est, par essence, un psyché de l’hygiène! Les toilettes et les douches sont d’une propreté irréprochable, sur-nettoyés, sur-entretenus. Et, le bon naturiste qui se respecte ne sort JAMAIS sans un paréo ou une petite serviette sous le bras pour s’asseoir! So, what else?
 
10/ Je pourrai jamais enlever le bas! Ne nous mentons pas : c’est le plus difficile. Bien plus difficile que le haut! Mais, après 3 heures à se sentir con avec son bas de maillot face à une horde de cul-nus à la cool, on finit par se laisser tenter. Et… On oublie tout! Liberté! Parce qu’entre nous, se baigner dans la mer ou prendre sa douche nue, sous une légère brise, ça n’a pas de prix!
 
11/ Ça doit être super roots Les clubs naturistes sont souvent des lieux calmes et à la nature préservée. Mais cela ne les empêche pas de proposer tous les services qu’on apprécie en vacances : centre aquatique à ciel ouvert, supérette, bar face à la mer, restauration, centre thermal… Ces centres ont su suivre les évolutions de la société et s’adapter aux besoins des vacanciers, tout en préservant leurs valeurs.
 
12/ Mais si il caille? Le naturiste n’est ni surhumain, ni suicidaire : quand il caille, il s’habille. (Si si, j’te jure!)
————————————————————————-
Et mon article sur le bonheur de dormir nue, vous l’aviez lu?
Pour aller plus loin : Sylvain Villaret, Histoire du naturisme en France depuis le Siècle des Lumières, éditions Vuibert, 2005


Dormir nue

5 (très) bonnes raisons de dormir nue
 
5 (très) bonnes raisons de dormir nue
Jetez immédiatement vos pyjamas de pilou et autres leggings distendus qui font le désespoir de vos compagnons ! Dormir nue va vous changer la vie (et pas qu’un peu). Pourquoi ? On vous explique.

Chaque soir, vous enfilez méthodiquement le vieux pyjama mollasson que vous aimez tant avant de vous glisser, couverte de couches et de couches de tee-shirts publicitaires, sous la couette dans laquelle vous vous enroulez tel un nem échoué. Sans le savoir, vous faites là une grave erreur, accélérant irrémédiablement votre vieillissement, ouvrant grand la porte aux maladies et enterrant peut-être pour l'éternité tout espoir d'une vie sexuelle épanouie (mais ça vous le saviez, non ?).

Eh oui, malgré ce que pensent certains, rebutés par cette habitude qu'ils estiment propre aux seuls habitués du Cap d'Agde, dormir nu est au contraire très sain et ce, pour plein de raisons. Explications.

1. Cela évite les infections

Engoncer votre intimité dans une culotte ou même un pyjama la soumet à une forte chaleur et à un environnement dans lequel les infections bactériennes peuvent se développer bien plus facilement. On conseille au contraire d'aérer son entrejambe la nuit, afin de prévenir ces maladies. Aérons, aérons.

2. Le sommeil est de meilleure qualité

Lorsqu'on dort, il est très important d'offrir à son corps un environnement confortable. Si la température du corps baisse progressivement pendant le sommeil, il est indispensable de ne pas le soumettre à une température trop élevée en le recouvrant de couches de pyjamas et de couvertures, au risque de lui faire subir un inconfort qui perturbera votre sommeil. De plus, s'il est certes difficile de se glisser dans des draps froids lorsqu'on va se coucher, l'effort que fera votre organisme pour lutter contre ce changement d'environnement soudain vous fera brûler quelques calories avant de trouver le sommeil. En bref, c'est tout bénef'.

>> Tous les aliments d'un bon sommeil <<

3. Vous aurez de plus beaux cheveux

Oui, c'est fou, mais sachez que la sécrétion de la mélatonine et de l'hormone de croissance, hormones anti-âge, serait très perturbée par une trop forte chaleur. Ainsi, avoir trop chaud pendant son sommeil nuirait à cette régénération constante, au contraire boostée par la baisse de la température du corps. Vous conviendrez qu'il serait dommage de se priver de ce petit lifting naturel nocturne pour quelques petits frissons, d'autant que qui dit hormones " belle peau " dit également beaux cheveux... Etre belle au réveil, c'est facile.

4. Vous vous sentirez mieux dans votre peau

Assumer son corps nu sous les draps et le contact de ceux-ci sur sa peau aide clairement à se sentir plus confiant et bien dans ses baskets en reprenant contact avec son corps. On le sait, le désir naît davantage de ce que l'on dégage que du physique lui-même. Vous vous sentez sexy après votre naked night ? Vous devenez sexy !

>> Sexe et sommeil : les liaisons vertueuses <<

5. Vous aurez du meilleur sexe

Last but not least, l'abandon DÉFINITIF de vos grenouillères " Coup de coeur " donnera sans aucun doute un second souffle à votre vie sexuelle. Vous coller à la peau nue de votre partenaire, dont vous redécouvrirez l'épiderme après une longue période de ceinture de chasteté à imprimé écossais, devrait vous donner des idées à tous les deux. Et puisqu'il est prouvé que plus on pratique, plus on pratique, il est fort probable que cette abdication du pyjama vous fasse gagner dix ans en quelques jours. Si si.

On commence ce soir ?