91: Essonne

Région: Ile de France

France /EUROPE

404
Le département de l'Essone accueille les naturistes dans
3 campings
sur 245 emplacements et 404 hébergements.
91: Essonne
Essonne (département)


Quand l’Essonne se met à nu

Avec trois campings qui leur sont dédiés, l'Essonne accueille les naturistes à bras ouverts. Zoom sur une communauté qui a décidé de faire tomber bien plus que le masque.

.
Au camping Les Bois de Valence de D’Huison-Longueville, chacun s’assoie sur sa serviette, hygiène oblige !  (©MB/Actu Essonne)

« C’est marrant, on est entouré de naturistes ici. » Cette phrase, Nathalie l’a entendue alors qu’elle faisait ses courses, au détour d’une discussion avec un caissier. « A en croire que les gens découvrent notre présence dans le département », sourit-elle.

Il faut dire que l’Essonne n’est pas en reste en la matière. Avec pas moins de trois campings naturistes, le département s’affiche comme un havre de paix pour les adeptes de la pratique, occasionnels ou permanents.

Bien loin du cliché d’une communauté qui vivrait sous le regard lubrique de ses membres, les sites essonniens tentent au contraire de redorer l’image de la pratique. Lisa, 69 ans, en sait quelque chose : « Il y a quelques années, je suis allée au Cap d’Agde pour voir comment c’était. Et ce n’est pas du naturisme. C’est du libertinage, de l’exhibitionnisme, et ça fait beaucoup de mal à l’image que les gens ont du naturisme ! », assure-t-elle.

Membre depuis 36 ans du camping Les Bois de Valence, situé à D’Huison-Longueville, cette ancienne prof de SVT a découvert la pratique via son compagnon de l’époque, il y a 40 ans. Aujourd’hui, elle défend une vraie philosophie de vie : « Le camping existe depuis 62 ans. Ici, c’est une association, nous sommes en auto-gestion, dans le respect de la nature et de la vie privée de chacun. »

Sur 7 ha nichés au cœur de la forêt, bungalows, caravanes et tentes de camping se succèdent à l’abris des regards. « Non pas qu’on veuille se cacher, précise la sexagénaire. Mais on l’aime notre coin de tranquillité. Il n’y a qu’à voir la place qu’on a à la piscine, je peux vous assurer que beaucoup nous envient ! (rires) »

C’est le cas d’Elisabeth. Instit’ sur Paris, elle recherchait une piscine découverte du côté de Milly-la-Forêt, lorsqu’elle est tombée sur celle du camping. Elle n’était pas naturiste, mais y est venue naturellement : « Le principe ne me dérangeait pas, confie-t-elle. Simplement, je ne voulais pas d’un truc libertin. Ici, on vous met à l’aise, ce n’est pas commercial et si vous ne souhaitez pas vous trimbaler à poil, vous pouvez vous couvrir. »

Car contrairement aux croyances populaires, s’il est préférable de se balader nu dans les allées du camping, ce n’est pas une obligation. La nudité est uniquement de rigueur à la piscine, et tous l’assurent : « Il n’y a pas plus agréable que de se baigner nu ! »

.
Philippe, retraité adepte du naturisme depuis 5 ans, a acheté un bungalow au camping Les Bois de Valence de D’Huison-Longueville (©MB/Actu Essonne)

Philippe, 65 ans, précise : « On ne va pas forcer les gens, c’est moins strict qu’avant. Des fois, il la météo ne le permet pas. D’autres fois, certaines activités nécessitent de porter un vêtement, par exemple lorsqu’on réalise des travaux ou quand on cuisine. Chacun est libre, et quand on reçoit des gens, on se couvre. » Et c’est justement à l’heure du déjeuner que tout le monde se rassemble, enfin presque : « C’est comme partout, admet l’ancien ingénieur. Il y a des groupes, chacun a ses habitudes, mais l’ambiance reste conviviale. »

Assis sur leurs coussins ou leur serviettes pour des raisons d’hygiène, les campeurs se retrouvent entre habitués, et même en famille. Certains, comme Philippe et Lisa,  sont adhérents à l’année et possèdent leur bungalow. D’autres, sont simplement de passage pour quelques jours, comme Manu, 67 ans, venu de Montargis (Loiret). Dominique, originaire de La Chapelle-la-Reine en Seine-et-Marne, est venu avec sa femme et Maxime, son petit-fils âgé de 15 ans. Si ce dernier admet qu’il est compliqué de dire à ses amis qu’il pratique le naturisme, il n’en reste pas moins conquis par la discipline : 

Je viens depuis tout petit. Ici, on se sent libre, les gens ne se jugent pas. C’est agréable. »

« Il n’y a pas que des dieux et des déesses »

A Etrechy, le long de la Nationale 20, Jean-Paul et Marie-Thérèse accueillent actuellement une trentaine de naturistes au sein du camping Les Hespérides. Ils confirment : « C’est vrai que le naturisme aide à mieux s’accepter physiquement. C’est une démarche personnelle, on se rend compte qu’il n’y a pas que des dieux ou des déesses (rires). »

Au sein du site de 3 ha fondé en 1954 par le Résistant Lucien Auzias, beaucoup de touristes allemands et hollandais, mais aussi des Taïwanais, des Hongrois, et même des Russes : « C’est plus inhabituel, mais ils viennent en France car ils y sont libres, rappelle Jean-Paul. Dans leur pays, ils risquent la prison, voire pire. »
- actu.fr/ile-de-france/saint-cheron_91540/insolite-quand-lessonne-se-met-nu_25997748.html.